Catégorie : Carnets de voyage

Retour au début….

>Translated with www.DeepL.com/Translator
(>Photos en bas !)

…de Pembroke à Halifax
Oui, c’est ainsi que l’on pourrait appeler notre dernière étape d’après Halifax, où notre aventure a commencé le 2 juillet 2018. En fait, nous avions planifié notre voyage différemment et nous étions en route pour la côte ouest de l’Amérique du Nord. Mais la vie apprend et nous la prenons comme elle vient, jour après jour. Read More

La décision

>Translated with www.DeepL.com/Translator
(>Photos en bas !)

Le voyage à travers la moitié du Canada a été long, parfois un peu monotone et ennuyeux, mais d’autres sections ont suscité de merveilleuses impressions.
Le long trajet nous a aussi permis de réfléchir et de questionner beaucoup de choses. Pour nous, il était clair dès le début que l’aventure du  » tour du monde  » avec un véhicule un peu plus ancien comporte certaines incertitudes en soi. Mais l’espoir était plus grand que l’inquiétude et nous avons donc commencé le 5 juillet 2018 à Halifax pour notre grand voyage. Read More

La Transcanadienne

>Translated with www.DeepL.com/Translator
(>Photos en bas !)

……….de Salmon Arm à Pembroke
Les quelques jours passés à Salmon Arm/Sicamous (C.-B.) ne voulaient presque pas se terminer. En raison des dommages plus importants à notre voiture, nous ne savions pas depuis longtemps ce que nous voulions faire, ce que nous pouvions faire et comment continuer. L’atelier a pu localiser les dommages au système d’injection et trouver les pièces de rechange pour un moteur identique. Mais l’offre nous a immédiatement coupé le souffle et l’atelier ne voulait pas nous garantir le succès de la réparation. Read More

Colombie-Britannique

>Translated with www.DeepL.com/Translator
(>Photos en bas !)

Notre retour au Yukon a été relativement court, mais nous avons déjà vu beaucoup de choses dans cet État. Impressionnante était la fumée qui restait de l’incendie de forêt, où récemment une grande surface a brûlé. Mais au cours de la dernière nuit, un front de mauvais temps nous a rattrapés et nous a donné beaucoup de liquide du ciel. Peu avant Watson Lake, nous avons tourné vers le sud, suivi la route Cassiar (Hwy 37) et atteint la « Belle Colombie-Britannique » en quelques kilomètres. Le soleil sur le panneau d’accueil s’est moqué de nous de loin et nous étions heureux de rouler enfin sur un nouveau terrain. Read More

Alaska

>Translated with www.DeepL.com/Translator
(>Photos en bas !)

… la deuxième tournée dans l’éternel jour
Après avoir exploré le sud-est de l’immense État américain avec Christine et Daniel, le Grand Nord a éveillé en nous le désir de voyager au-delà du cercle polaire arctique. Pendant que Christine et Daniel tournaient à Haines à Delta-Junction, nous nous sommes dirigés de nouveau vers le nord et avons rapidement atteint Fairbanks. Read More

Une année en route !

>Translated with www.DeepL.com/Translator
(>Photos en bas !)

Notre maison
Nous avons déjà voyagé en Amérique du Nord avec notre véhicule depuis plus d’un an et nous avons déjà parcouru plusieurs milliers de kilomètres. La voiture est en même temps notre maison et tout dépend de cette Jeep Wrangler, qui a été complétée avec un kit de camping de Gazell. Notre véhicule a une hauteur de 9 cm et une longueur de 48 cm supérieures aux dimensions d’origine, de sorte qu’il s’adapte partout où n’importe quelle jeep normale passe. Bien que chaque « Jeeper » américain reconnaisse que cette voiture est en quelque sorte différente, mais autrement elle passe pour une voiture normale. Ce n’est que lorsque le toit est installé qu’il devient un objet photo et dans les nombreux forums Internet, notre « petite Jeep » doit déjà être un héros. Read More

Une étendue infinie – un soleil sans fin

>Translated with www.DeepL.com/Translator
(>Photos en bas !)

…dans les terres du Yukon et de l’Alaska
A la minute près, typiquement suisse, nous nous tenions au bar du « Best Western Hotel » en plein Whitehorse, où nous avions prévu de rencontrer Christine et Daniel Scholer. Après plus d’un an, le bonjour était donc grand et cordial. Ce que nous avons convenu il y a plus d’un an a fonctionné sans engagement et nous nous sommes sentis très honorés de la visite de la Suisse. Ensemble, nous voulons voyager les prochaines semaines dans l’immensité du Nord. Pour nous, c’était une nouvelle expérience ; jusqu’à présent, cela a très bien fonctionné avec la solidarité et les plans ont été rapidement forgés. Nous avions tous les quatre besoin d’une planification et d’une communication encore meilleures, afin que tous les souhaits puissent être réalisés d’une manière ou d’une autre. Pour nous aussi, il était clair que « notre visite » pouvait donner le ton, car nous pouvions compenser ce que nous avions manqué par la suite. Les souhaits et les itinéraires ont été rapidement déterminés autour d’une bière et rien ne s’est mis en travers de l’aventure commune.

Dès que les deux ont eu leur véhicule de location – un Ford F350 Super Duty avec une cabine de camping sur la zone de chargement, ce qui a fait paraître notre jeep un peu plus petite – les provisions pour les prochains jours ont augmenté à Whitehorse ; nous voulions rouler aussi vite que possible sur le cercle polaire vers Tuktoyaktuk en mer.

Le chemin nous a conduit sur la route historique du Klondike, où, il y a environ 120 ans, des milliers de personnes ont déménagé à Dawson pour y trouver rapidement leur chance et leur argent. La ruée vers l’or sur la rivière Klondike à cette époque a déclenché l’un des plus importants mouvements de population et a rapidement fait de Dawson une ville prospère où il y avait presque tout pour son argent. Contrairement aux chercheurs d’or, nous pouvions emprunter la confortable route terrestre vers le nord ; ni les rapides du fleuve Yukon, ni d’autres surprises désagréables ne nous ont gênés. Déjà plusieurs kilomètres avant Dawson-City, l’atmosphère de la ruée vers l’or de l’époque s’annonçait scéniquement. A la fin de la ruée vers l’or, des cours d’eau entiers ont été labourés à l’aide d’énormes machines, puis à nouveau déposés sous forme de chenilles de roches.

Aujourd’hui encore, l’or est activement lavé dans les ruisseaux Bonanza et Hunker, deux vallées latérales de la rivière Klondike, et après les machines, la recherche d’or doit encore être une activité rentable.

Les appâts de l’or ne pouvaient plus nous garder à Dawson. L’envie d’errer dans le Grand Nord était beaucoup plus forte pour nous ! Après d’autres achats de nourriture et les dernières informations sur l’état de la Dempster-Highway, les véhicules ont été remplis avant que nous ne prenions la Dempster-Highway. Au cours des 750 prochains kilomètres, nous roulerons vers le nord à travers des régions presque désertes du Yukon et des Territoires du Nord-Ouest jusqu’à la mer polaire. Beaucoup d’histoires et de récits au sujet de cette route de gravier étaient un peu préchargeants, et pour aider, un téléphone portable ne suffit plus. Nous espérions secrètement que les pneus tiendraient leur promesse publicitaire, car toutes sortes de gens nous avaient avertis des conditions routières difficiles.

Mais tout d’abord : Sur ces 1’500 kilomètres, nous n’avions qu’un seul pneu crevé, que nous avons pu réparer nous-mêmes de manière professionnelle. La difficulté de la route résidait dans le fait que les pierres étaient tourbillonnées par les véhicules venant en sens inverse. La poussière quotidienne n’en faisait qu’une partie et était un souvenir de voyage ennuyeux qui tourbillonnait dans la voiture pendant longtemps. Je ne sais pas comment la route de gravier sera praticable en juillet et août, quand les averses de pluie tombent sur elle tous les jours.

Après le parc territorial de Tombstone, qui se trouve dans une chaîne de montagnes d’est en ouest et divise l’eau de la mer de Béring et de la mer polaire, de larges contreforts ont suivi, où la route passait directement sur la crête de la colline. De plus, les conifères cèdent de plus en plus la place à la toundra, et ce n’est que dans les endroits abrités qu’il y avait de grands arbres. Lors de la traversée du cercle polaire arctique, le paysage s’est transformé encore plus radicalement en vastes plaines et en journées sans fin.

Les traversiers sur la rivière Peel et la rivière Mackenzie n’étaient en service que depuis quelques jours ; de la fonte des glaces à la période sans glace, il n’y a pas de passage par ici ! Pour les quelques personnes ici dans le Nord, il s’agit d’une question annuelle qui, deux fois par an, ne peut quitter ou atteindre leur village natal que par avion.

Avec l’arrivée des Territoires du Nord-Ouest, la fin de la longue route vers la mer polaire a également été annoncée. Inuvik nous a fait une impression très  » habillée « , tandis que Tuktoyaktuk dans la mer de Beaufort s’est immédiatement réveillé du temps sans neige. Dehors, sur la mer, il y avait encore d’énormes blocs de glace qui nageaient, et même dans le village, il faisait un froid inconfortable. Une raison pour nous de retourner à l’Inuvik plus chaud ; après tout, le soleil brille ici 24 heures par jour !

Rétrospectivement, les 1500 kilomètres sont passés comme dans un film et à la fin, c’était une étrange coquille d’impressions scéniques merveilleuses, dont la foule ne pouvait presque plus profiter. C’était un peu plus calme du côté de la faune et les grands troupeaux de caribous ne sont malheureusement pas passés devant nos objectifs.

Sans caribous et autres animaux sauvages, nous sommes revenus à Dawson City et pour une fois, nous sommes tombés pour la soirée « Ramba-Zamba », qui devrait rapprocher un peu plus les visiteurs de ce temps unique. Les jeux de hasard et les spectacles ont maintenu les nombreuses rondelles d’or dans la bonne humeur et, pour un dollar, nous avons pu caresser la jambe du danseur pendant une courte période. Probablement pour quelques dollars de plus, vous pourriez vous retirer dans une chambre et profiter d’un lit chaud pendant un court moment avant qu’il ne s’épuise et retourne au camp du village de tentes. La vie à Dawson a dû être très mouvementée et l’argent durement gagné a disparu plus vite qu’il n’a été gagné !

Le nom « Top of the World Highway » était notre prochaine destination, et la route était plus qu’à la hauteur de son nom. De Dawson, la route a grimpé les collines jusqu’à ce que vous sentiez que vous pouviez voir tout le paysage d’un seul coup d’œil. De nouvelles surprises attendaient derrière chaque sommet de la colline. Jusqu’à la frontière de l’Alaska, la route passait d’un point culminant à l’autre, même l’entrée en Alaska (USA) était étonnamment plus rapide et moins bureaucratique que nous n’aurions pu l’imaginer.

Jusqu’à ce que nous arrivions à Chicken, nous avons continué comme du côté canadien : une vue suivait l’autre. Le Nid Poulet nous a catapulté dans le présent et la petite ville avec ses trois maisons comme centre-ville, s’est équipée pour le prochain festival de musique. Au milieu de cette idylle, il y avait un chaos de circulation avec des camping-cars et d’énormes caravanes, la moitié du prix des maisons a été transportée ici dans les montagnes pour le long week-end. C’est dingue, ces Américains ! 😉

Via Tok, un village sur la route de l’Alaska, qui offre quelques possibilités de shopping pour les touristes, nous avons grimpé dans une vallée reculée jusqu’à McCarthy, qui est situé dans le parc national Wrangell-St. Elias et au milieu d’un monde de glaciers. Ici, dans ce monde montagneux isolé, il y a longtemps eu la plus grande région minière de cuivre des Etats-Unis et la seule liaison avec l’extérieur était une ligne de chemin de fer vers la mer. La ligne de chemin de fer a été fermée après la fermeture des mines et aujourd’hui, les touristes à la recherche d’une expérience de conduite dans ce merveilleux monde de montagne sur l’ancienne route. Cette fin de semaine a commencé la saison de la pêche au saumon rouge et tous ceux qui ont une branche en Alaska se tenaient près de n’importe quelle rivière, ou avec de grands filets directement dans l’eau. Les pêcheurs locaux sont autorisés à capturer jusqu’à 16 saumons par saison.

Jusqu’à Valdez, c’était un petit saut par le col Thompson. L’attente du ferry pour Whittier nous a apporté une courte  » pause conduite  » et une randonnée séparée, c’est-à-dire Daniel avec Tom et Christine avec Chantal. Pendant que les hommes serpentaient dans les sous-bois de la baie de Valdez, les dames faisaient des excursions plus tranquilles dans l’arrière-pays de Valdez.

Le passage à Whittier est une petite version de l’autoroute maritime qui est située au large de la côte et des nombreux fjords dans les eaux au large de l’Alaska. Des baies où les champs de glace et les glaciers sont à portée de main et où les animaux marins de toutes sortes cavalent autour du navire. Même le temps froid et orageux ne nous a pas empêchés de profiter de cette croisière de plusieurs heures principalement sur le pont.

Christine et Daniel voulaient voir le plus haut sommet d’Amérique du Nord et nous avons donc suivi la Sewart Highway directement vers Anchorage. Pendant que Christine et Daniel prenaient la route directe avec leur véhicule lourd, nous avons aussi traversé le col Hatcher, ce qui nous a encore une fois éloignés des principales routes touristiques. Pendant que les randonneurs appréciaient le paysage montagneux unique, les derniers skieurs glissaient dans les profondeurs des chenaux et des couloirs. Et, soit dit en passant, l’or est toujours activement exploité dans cette région.

Après Trapper-Creek, qui est situé à l’apogée de Talkeeatna, le plus haut américain s’est révélé grâce aux meilleures conditions météorologiques de toute sa majesté. Et il est vraiment majestueux, ce Denali, qui a longtemps été appelé Mount McKinley en l’honneur d’un président américain. L’état d’origine de McKinley, l’Ohio, a longtemps bloqué le retour officiel du nom à son Denali d’origine, qui dans la langue indigène locale est appelé « le Haut / le Majestueux ».

Nous en avons vite eu assez de l’agitation touristique le long de la route du parc et nous avons tourné de nouveau vers la route de gravier de la Denali Highway, où nous avons suivi les pentes sud de la chaîne de l’Alaska à l’est. Sur la route Richardson Highway, qui a probablement été construite pour le pipeline de l’Alaska, nous avons traversé la chaîne de montagnes susmentionnée vers le nord. Malheureusement, le temps n’était pas particulièrement clair pour ce paysage de montagne aux cours d’eau sauvages et à la brume omniprésente qui altère la vue de loin.

À Donnelly State Park, peu avant Delta Junction, notre dernière nuit ensemble avait commencé. Pour Christine et Daniel, leur séjour en Amérique du Nord touchait à sa fin et ils voulaient retourner à Whitehorse via Haines et Skagway. Encore une fois, nous avons décidé de goûter à l’air du nord. Ainsi, un moyen commun de se rendre à Whitehorse, pour ensuite se rendre de nouveau à Fairbanks, aurait été un trop grand détour pour nous.

Après trois semaines, il n’était pas facile de quitter l’exploration et l’expérience ensemble et de plonger à nouveau dans la « convivialité ». Un grand merci à Christine et Daniel :  » C’était vraiment génial !

Lors de la première soirée à Fairbanks, nous étions un peu gênés et les interlocuteurs manquaient pour ceci et cela.
Mais tout s’arrête un jour, et nous voulons repartir au-delà du cercle polaire arctique, avant le grand afflux des touristes. 😉

 

 

En route vers le nord – vers le soleil !

>Translated with www.DeepL.com/Translator
(>Photos en bas !)

Le Canada nous a vraiment accueillis avec toute sa fraîcheur et, alors que nous quittions le pays il y a quelques semaines, nous sommes revenus : nous avons dû essuyer la neige sur le pare-brise dès le premier matin.

Néanmoins, nous avons osé traverser les monts Livingstone en direction des monts Kananaskis et plus au nord. Enfin, nous devons parcourir 2’500 kilomètres en une dizaine de jours pour arriver à l’heure le 2 juin à Whitehorse. Read More

Vers l’ouest !

>Translated with www.DeepL.com/Translator
(>Photos en bas !)

Dès le début, nous avons dû reporter d’une journée le voyage que nous avions prévu. Les fortes chutes de neige et les basses températures n’étaient pas les meilleurs animateurs pour nous.

Finalement, nous avons pu quitter nos quartiers du printemps à Pembroke et nous diriger vers Whitehorse/Yukon, où nous rencontrerons des amis suisses le 2 juin. Comme ma tante et mon oncle ont dû partir tôt ce dimanche et sont partis avant nous, dire au revoir après ce long moment a été un peu plus facile et sans un adieu déchirant. Read More

…faites une pause !

Translated with www.DeepL.com/Translator
(>Photos en bas !)

Après environ 45’000 kilomètres – oui, correctement lu – où nous avons fait rouler du diesel dans le moteur pour découvrir l’immensité de l’Amérique, nous avons pris notre première longue pause avec des parents à Pembroke/Ontario.
Non, nous n’étions pas fatigués de voyager ou quoi que ce soit d’autre quand nous sommes arrivés, mais l’hiver au Canada nous a forcés à prendre cette pause. Read More