Catégorie : Carnets de voyage

Dernier sprint à domicile….

>Translated with www.DeepL.com/Translator
(>Photos en bas!)

Madrid – Andorre – France – Suisse
Nous avons profité de notre dernière soirée à Madrid en dégustant un bon vin, en traçant à nouveau une ligne droite sur la carte électronique en direction d’Andorre et en rêvant déjà aux autres chemins et pistes riches en aventures, hors des bandes d’asphalte. D’autres empruntent si possible le chemin le plus rapide, nous chercherons le chemin le plus droit et avancerons ainsi dans des régions un peu moins connues. Read More

Sur le chemin à la maison…

>Translated with www.DeepL.com/Translator
(>Photos en bas!)

….de Huelva à Madrid via le Portugal
Le temps d’avril nous avait déjà rattrapés à l’arrivée du ferry ; les nuages étaient bas et des gouttes de pluie éparses s’écrasaient sur le pare-brise. Il n’y aura donc pas de chaleur agréable et de soleil dans le sud de l’Espagne et du Portugal. Bien que les prévisions météorologiques annonçaient des journées plutôt humides, nous avons osé prendre la route « à travers champs » en direction du Portugal. Read More

Ténériffe en transit

>Translated with www.DeepL.com/Translator
(>Photos en bas!)

Notre deuxième séjour à Ténériffe a été de courte durée et a servi de tremplin pour le voyage de retour vers l’Espagne continentale. Certes, nous avions prévu quelques jours de réserve lors de cette traversée de l’île et, très loin dans mon esprit (Tom), le souhait de gravir le « Pico del Teide » était toujours présent. Read More

La Palma

>Translated with www.DeepL.com/Translator
(>Photos en bas!)

Cette île, loin dans l’Atlantique, est la plus verte de toutes les îles Canaries. Le nord est recouvert de forêts luxuriantes qui s’étendent loin dans les montagnes, tandis que le sud est sec et l’activité volcanique est restée active jusqu’à nos jours. En 2021, une région entière, un village avec son agglomération et de vastes cultures de bananes à l’ouest de la « Cumbre Vieja » ont été ensevelis sous la lave et les cendres.
Autrefois, c’est-à-dire après la découverte de l’Amérique, La Palma était un lieu important et les pins canariens fournissaient en outre le meilleur bois pour la construction navale. Le commerce, les lois spéciales liées à la traversée de l’Atlantique et l’ancienne culture de la canne à sucre ont apporté à l’île et à ses habitants une richesse considérable, que l’on peut encore observer aujourd’hui à Santa Cruz de la Palma et dans d’autres endroits.
Aujourd’hui, La Palma est un peu plus calme qu’à l’époque des grands voyages de découverte. Comme il n’y a guère de plages fréquentées par le tourisme de masse, on trouve rapidement sa tranquillité sur le vaste réseau de sentiers de randonnée ou on peut se perdre sur une quelconque route forestière. Read More

Petites affaires autour des toilettes

Un phénomène espagnol – ou se retrouve-t-il dans tous les pays du sud ?
Eh bien, nous ne le savons pas exactement, mais en Espagne et dans ses îles, on le trouve partout : les petits tas humains, généralement cachés sous une pierre avec du papier toilette ou une lingette humide. Ou bien le papier toilette blanc fait signe de loin et indique le petit coin tranquille. Sur chaque aire de repos ou de pique-nique, dans les lieux d’excursion populaires ou tout simplement à proximité immédiate de la plage, on en trouve partout un nombre considérable éparpillé dans le paysage. Si, par hasard, il y a des bâtiments vides, l’intérieur ou le sol est certainement recouvert de nombreux petits tas et de papier toilette correspondant. Dans ce cas, il est généralement possible d’y entrer à ses propres risques !

Les besoins humains sont en fait absolument normaux, mais nous nous sommes toujours demandé si les créateurs d’aires de pique-nique publiques ou de points de vue magnifiques se préoccupaient aussi un tant soit peu des toilettes silencieuses où des centaines de personnes se rendent chaque jour ? Des toilettes simples avec une fosse septique appropriée réduiraient considérablement les nombreux tas derrière les buissons et il n’y aurait pas toujours besoin de faire une course à la broche. Nous pensons que personne n’a envie de marcher dans une telle chose !

S’il y a des toilettes près des aires de pique-nique, qui sont vraiment nombreuses sur la péninsule ibérique et ses îles loin dans l’Atlantique, elles sont fermées depuis la pandémie de Covid-19 pour des raisons d’hygiène, alors que les aires de pique-nique sont occupées par des armées de personnes.

Mais, comment faisons-nous pour nos camps ou en cas de besoin pendant la journée ? C’est simple, nous faisons comme le chat ; nous l’enterrons ! Même sur les terrains difficiles et les sols durs, nous creusons un trou de 25 à 30 cm de profondeur, de sorte que notre crotte, papier toilette compris, soit ensuite bien recouverte de terre. Pour couronner le tout, nous plaçons un petit cairn par-dessus, comme une marque personnelle, de sorte que nous ne devrions pas creuser un autre trou au même endroit. Une petite pelle et un « pied de biche » (pied de biche ou pied de biche) sont des instruments particulièrement utiles dans ces cas-là et devraient toujours être à portée de main. D’ailleurs, on trouve des pelles à matières fécales dans tous les bons magasins de plein air et elles sont disponibles en différentes tailles.

Nous ne savons pas si l’enfouissement est la bonne solution et si elle répond aux normes européennes, mais dans tous les cas, c’est une affaire propre et personne ne trébuche sur notre grande affaire ;-).

Et si nous ne pouvons pas creuser de trou, il suffit de le mettre – avec ou sans tente de WC (douche) – dans le sac, puis dans le conteneur à déchets. Basta !

La Gomera

>Translated with www.DeepL.com/Translator
(>Photos en bas!)

L’île surgit de l’Atlantique comme une forteresse imprenable, et des parois abruptes accueillent l’arrivant de loin. Les voies de communication sont étroites et serpentent le long des parois rocheuses, montent à pic ou descendent presque en ligne de pente. Les maisons s’accrochent souvent aux pics rocheux dans les endroits les plus improbables et l’ancienne activité volcanique est partout présente.
Comme il n’y a nulle part d’infrastructure pour le tourisme de masse, il n’y a pas non plus de foule en quête de repos, et la vie est abordée très calmement par la population locale. Outre la sérénité de la population, de plus en plus d’Européens du continent s’installent à La Gomera et profitent du climat unique de cette île. Le soleil peut laisser place à de gros nuages en quelques minutes, accompagnés de beaucoup de vent et d’humidité ; la pluie est généralement suivie d’un retour du soleil. Du côté sud, l’île est plus sèche et des systèmes d’irrigation assurent une quantité d’eau suffisante.
La capitale de l’île, San Sebastián, a l’atmosphère d’un village et les gens se connaissent les uns les autres. Lorsque l’on quitte la ville par l’une des rares routes de sortie, l’ambiance est encore plus calme et l’on peut sans crainte passer à la vitesse inférieure ou même deux et laisser son esprit vagabonder.
Au cœur de La Gomera se trouve le « Parque Nacional de Garajonay », qui couvre environ 10% de la surface de l’île avec une forêt de lauriers presque impénétrable et s’élève à près de 2000 mètres. En plus de sa fonction importante dans l’écosystème, cette forêt, voire l’île entière, est un véritable eldorado pour les randonneurs. Read More

En route vers Ténériffe

>Translated with www.DeepL.com/Translator
(>Photos en bas!)

La Grande Canarie n’est pas la plus grande île de l’archipel des Canaries ; outre Fuerteventura, Ténériffe est également beaucoup plus grande et très montagneuse par rapport à Fuerteventura. Les montagnes traversent l’île de part en part et s’élèvent à plus de 2000 mètres d’altitude, là où, il y a quelques millions d’années, le Pico del Teide s’est élevé à 3718 mètres lors d’une violente éruption et est aujourd’hui le plus haut sommet d’Espagne. La neige, les tempêtes et les conditions hivernales n’ont rien d’exceptionnel autour du Teide et l’ascension du sommet peut être interdite pendant des semaines.
Autour du parc national du Teide se trouve le « Parque Natural de Corona Forestal », qui s’étend comme une collerette autour du Teide et couvre une très grande partie de l’île avec une forêt de pins. Juste après et au nord-est, on trouve encore la région sauvage du « Parque Rural de Anaga ».
Les côtes nord et nord-ouest sont favorisées par une forte humidité qui permet à la végétation de s’épanouir sous toutes ses formes. C’est aussi la région où la plupart des habitants de l’île se sont installés et cultivent d’autres produits agricoles en plus des bananes.
En fait, à Ténériffe, tout est escarpé, voire très escarpé ; depuis les plus hauts sommets, les pentes descendent souvent jusqu’à la mer. Les routes serpentent le long des pentes, montent en pente raide ou descendent presque en ligne droite vers la mer.
C’est sur la côte sud-ouest comme sur la côte sud que l’on trouve les nombreuses installations touristiques, où les gens profitent du soleil sur les quelques kilomètres de plage ou des nombreuses autres offres de l’industrie touristique. Il n’est donc pas surprenant de trouver, à côté de bananeraies abandonnées, des complexes hôteliers comme sortis des mille et une nuits, suivis d’innombrables ruines de bâtiments et…. partout un peu de déchets ! Read More

Le prochain coup…

>Translated with www.DeepL.com/Translator
(>Photos en bas !)

…le voyage de retour vers Fuerteventura et Gran Canaria
Lanzarote était une île magnifique, mais nous n’en sommes jamais vraiment tombés amoureux. Est-ce dû à sa taille ou à son peuplement ? Ou était-ce le vent constant qui nous rendait la vie difficile certaines nuits ? Nous ne le savons pas avec certitude ! En revanche, dès notre arrivée, nous nous sommes sentis parfaitement à l’aise lors de notre voyage de retour à Fuerteventura et, bien que nous y ayons déjà vécu beaucoup de choses, nous sommes tout de suite repartis pour d’autres aventures. La densité de population relativement faible, les vastes paysages sans aucune habitation et l’aspect désertique nous ont à nouveau enthousiasmés. Read More

Tout-terrain

>Translated with www.DeepL.com/Translator
(>Photos en bas !)

…pistes de gravier à Fuerteventura
Comme le Maroc n’est plus accessible aux touristes depuis deux ans, nous avons cherché à découvrir le désert dans l’archipel des Canaries situé à l’ouest. Et, à Fuerteventura, nous avons été plus que surpris. Par rapport aux autres îles canariennes, Fuerteventura présente une image un peu différente en raison de sa longue histoire volcanique, et le paysage rappelle souvent les régions qui touchent ou se trouvent dans le Sahara. Outre la législation espagnole en matière de circulation, des considérations touristiques viennent s’ajouter, de sorte que tout n’a pas été immédiatement interdit. Ainsi, des groupes entiers de touristes sont conduits avec leurs ATV et leurs quads sur des sentiers autorisés à travers des parcs naturels ou des zones à protéger. Ces itinéraires sont bien entendu également ouverts aux voyageurs individuels avec leurs véhicules. En dehors des parcs régionaux et naturels, ce qui est en fait le cas pour toute l’Espagne, tous les chemins carrossables peuvent être empruntés, sauf si cela est expressément interdit ou si le propriétaire du terrain ne l’autorise pas. En revanche, dans les parcs nationaux, les restrictions sont très strictes et surveillées en conséquence. Read More

Saut d’île en île

>Translated with www.DeepL.com/Translator
(>Photos en bas !)

Fuerteventura et Lanzarote
Fueteventura est considérée comme la plus ancienne île de l’archipel des Canaries et, comme Lanzarote, elle est très désertique. Par endroits, on a même l’impression de se déplacer dans un paysage lunaire. L’activité volcanique du passé est omniprésente. Après avoir traversé de fines cendres volcaniques, on cahote sur des champs de lave durcis et on suit l’ancienne coulée de lave en direction de la mer, où le ressac a déjà laissé ses traces profondes après des millénaires.
Il est également très étonnant que des peuples d’Afrique du Nord se soient installés ici il y a très longtemps et aient réussi à extraire le nécessaire vital de ce sol aride. Grâce aux quelques sources et cours d’eau, ils ont pu cultiver le nécessaire sur le sol volcanique très fertile et le succès a conduit, déjà dans les temps anciens, à des attaques régulières des îles.
Aujourd’hui, la piraterie est certes révolue, mais sans l’irrigation, la plupart des cultures se dessécheraient en un rien de temps. L’aide humaine est omniprésente pour les palmiers ou d’autres plantes. En de nombreux endroits, le prélèvement d’eau souterraine a fait baisser le niveau de la nappe phréatique. Les nombreuses pompes à eau défectueuses, effondrées ou anciennes, abandonnées à leur sort, en sont sans doute la preuve évidente.
Outre l’irrigation des cultures agricoles, le tourisme a également une grande « soif d’eau », qui est mise à disposition grâce aux installations de dessalement et aux centrales thermiques qui fournissent la puissance nécessaire. Un cercle vicieux ! Read More